L’aqueduc romain à Sernhac


   28 août

L’aqueduc romain à Sernhac

La commune de Sernhac et ses alentours possèdent de nombreuses traces de l’aqueduc antique. Le tracé a été identifié sur de nombreuses portions et les vestiges visibles sont facilement accessible pour les visiteurs intérressés.

La partie la plus spectaculaire est sans nul doute les tunnels de Pérotte et des Cantarelles creusés dans la molasse calcareo-gréseuse d’une ancienne mer.

Le premier à une longueur de 74 mètres, et le second, plus court à une longueur de 60 mètres. La qualité de la roche, plutôt tendre a permis de creuser en quelques mois ces extraordinaires tunnels. La tache a du être ardue, et on distingue nettement les coups d’escoude (sorte de pioche) qui ont laissées de profondes rayures sur les parois, a telle point que l’on peut distinguer le sens d’avancement des ouvriers et les jonctions entre les équipes.

Les lieux peuvent se visiter librement et facilement par tous, prévoyez tout de même des lampes électriques pour bien profiter de toutes les surprises que révèlent ces tunnels, car ils y en a quelques une trés surprenantes !

L’aqueduc poursuit son cheminement dans la garrigue et se retrouve sous le village actuel, ou il developpe à peu prés 400 mètres de longueur.

De nombreuses maisons possèdent des puits creusés à travers la conduite qui ont servi  à l’alimentation en eau des Sernhacois. Certain puits ont utilisé les regards antiques et atteignent plus de 10 mètres de profondeurs.

A la sortie du village, on perd la trace de l’aqueduc pour le retrouver à coté de la voie de chemin de fer, qui lors de sa construction au XIXème, mis au jour un double canal. Cette étrange configuration s’explique par la difficulté que les romains ont rencontré pour faire passer le canal à cet endroit.

Un peu plus loin dans les terres les archéologues ont découvert le tracé exact qui file vers Bezouce.

Flux RSS 2.0 des commentaires. Les commentaires sont fermés.

Les commentaires sont fermés.